Those who pretend…

knowledge

La semaine dernière, j’apprenais la réédition par Archives Records, d’un excellent disque : Let Us All du groupe Knowledge. Première surprise, le crédit n’est plus à Knowledge mais uniquement au leader vocal Anthony Doyley, disparu il y a 2 ans.

Ceux qui me connaissent savent que Knowledge occupe une place à part dans mon cœur amoureux de musique jamaïcaine. Et pour cause : en plus de l’indéniable qualité de leur musique, j’ai eu la chance de rencontrer Delroy “Bronco” Fawlin, membre fondateur du groupe, et de partager avec lui, sa femme et leur magnifique enfant Daniel des moments que je n’oublierai jamais. Il m’apparaissait important de le préciser : les lignes qui vont suivre sont totalement partiales.

Quand j’ai appris pour cette réédition, j’ai fait ce que toute personne sensée aurait fait : une rapide – mais néanmoins importante – vérification : “Au fait, Bronco est-il au courant de cette sortie ?”. Bien entendu, la réponse fut négative. Même pas au courant.

Après tout, il n’y a pas scandale, diront certains. Si l’artiste en question ne possède ni les droits d’auteur du morceau, ni ceux de reproduction – en l’occurrence il ne les possède pas – qu’il chante ou pas sur le morcif réédité ne change rien, il n’aurait pas eu son mot à dire. Alors à quoi bon l’avertir ? C’est le genre de phrase qu’il faut lire plusieurs fois tellement l’aberration est immense. Mais le pire, c’est qu’elle est justifiée légalement, ce qui lui confère une légitimité, un statut inattaquable qui est insupportable. Par quelle contorsion intellectuelle faut-il passer pour pouvoir dire sereinement qu’il est normal qu’un artiste ne soit même pas averti lorsqu’une partie de son œuvre reparaît ? La seule réponse qui vient est foutument triste : le bon sens est écrasé, laminé, par la rationalité juridique, économique.

La rationalité juridique est la plus dure à parer : on vous dira que le label est dans son bon droit. Fin de la discussion. “S’il n’a pas été foutu de réclamer un contrat en bonne-et-due forme à l’époque, tant pis pour lui, hein !”… Le genre de connerie que vous pourrez entendre. Mais la rationalité économique est encore plus vicieuse. Chacun la sait aussi injuste qu’implacable. On aimerait s’en passer, du moins la reléguer loin dans l’échelle de priorité des raisons, mais on n’peut pas. Comprenez : l’édition de vinyle reggae n’étant déjà pas une activité très lucrative, si Archive Records avait dû rétribuer un acteur de plus, elle l’aurait été encore moins. Et comme par les temps qui courent, une chose n’a pas vocation à exister si elle n’est pas rentable, peut-être cette réédition n’aurait-elle-même pas vu le jour. C’est dire dans quelle bouillie idéologique on patauge.

Mon but n’est pas d’accabler Archives Records, qui, j’en suis sûr, est empli de bonnes intentions. L’enfer également en est pavé. Mais l’exemple est frappant, et permet de rappeler que devant toutes considérations juridiques, il est des questions de principe qui s’imposent. Il y a peu, spéculer sur les matières premières aussi, c’était légal.

Advertisements

3 thoughts on “Those who pretend…

  1. tres bien écris il est triste de voire des legendes dont la musique a parcouru le monde ne pas être rétuibuer pour leur travail mais bronco n est pas le plus mal lotti beaucoup sont mort ou vivent dans une pauvreté extreme a kingston c est triste de voire des fondations souffrir quand leur musique est partout mais la justice ne s applique qu a ceux qui peuvent la payer et les multinational ou éditeur n en ont souvent rien a foutre des gens du ghetto !

  2. Pingback: Interview with Carl Dawkins : “I can’t get away from being an emancipated man !” | Killers Without Fillers

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s