Soul of Anbessa & Leroy Brown : “Crime is a business”

dfgdff

Ce n’est pas la première fois que Killers Without Fillers vous parle du label Soul Of Anbessa. La dernière fois, c’était pour annoncer la sortie du troisième riddim, l’Abeng, et des deux premiers cuts de la série. Je subodorais(1) d’ailleurs à l’occasion le potentiel ravageur de cette mélodie sur une soirée. Testé et approuvé depuis par votre serviteur. Aujourd’hui, c’est l’annonce du troisième morceau, signé Leroy Brown – excusez du peu – qui m’amène à vous en recauser. Crime is a business arrive dans les bacs avec une jolie picture sleeve, alors fonce chez ton disquaire compétent, et remballe-moi cette compile de Serge Lama.

Avec The System, Soul Of Anbessa s’était déjà rangé du côté des labels engagés, capables de produire en musique une critique radicale de l’état des choses : “the system is over, we can’t take it no longer”. Avec ce nouveau morceau, le label suisse récidive. Le titre est limpide : Crime is a business. A priori, pas besoin de traduction.  Un bout des paroles pourra vous en dire plus sur la teneur du morceau : “Crime keep the police employed / Judges, Lawyers and Warders too “. ( “Le crime entretient le travail de la police / celui des juges, des avocats et des gardiens de prisons aussi). Coup de pied frontal à une organisation capitaliste de la gestion du crime, qui finalement fait son beurre sur ce qu’elle prétend combattre. Pas besoin d’être marxiste pour remarquer que l’objectif que se fixe officiellement cette organisation, du juge au maton, “éradiquer le crime”, contrevient radicalement à son intérêt propre, puisque éradiquer pour de bon le crime reviendrait à rendre cette organisation obsolète. Et on peut difficilement exiger d’une organisation qu’elle se fixe pour objectif de se faire hara-kiri. Je ne dis pas que le maton, individuellement, cherche en tout conscience à faire perdurer le crime. Je dis que c’est l’effet que produit structurellement l’organisation sociale à laquelle il appartient. Mais je m’emporte, revenons à la chanson.  

crime

Un message comme celui-ci tomberait à plat sans une bonne interprétation. Leroy Brown le porte à merveille. Sa façon d’aborder le riddim pourra surprendre à la première écoute : il semble parfois courir derrière, sans en attraper réellement les temps, ce qui n’est pas déplaisant, mais peut provoquer une sensation étrange chez l’auditeur trop cartésien. Le truc, c’est que tout cela est réalisé avec une maitrise parfaite. Et ça se sent. Tellement, que l’oreille curieuse de Killers Without Fillers a cherché à comprendre ce qui la troublait tant. En vain, bien sûr. Je crois simplement qu’à la première écoute, je me suis fait avoir par le rythme. Je me suis focalisé dessus, et mon habitude aux temps qui frappent n’étant pas rassasiée, j’en ai oublié d’entendre ce qui fait la magie du morceau : l’harmonie. Une autre des dimensions musicales que Leroy Brown explore avec science. Sa voix est un instrument du morceau, au même titre que la clarinette qui est ajoutée, et se fond dans l’ensemble en parfaite harmonie. Une subtilité qui tranche avec l’énergie du premier cut, et qui démontre par l’exemple qu’on peut faire deux chansons totalement différentes avec la même base basse-batterie.

Il se murmure ici et là que les versions suivantes du Abeng riddim mijotent, et qu’une sera interprétée par Jah Bast, l’acharné helvète de l’analogue . WATCH OUT ! Retenez ce nom, car c’est de lui que j’déblatère la prochaine fois. C’est la semaine suisse sur Killers Without Fillers.


Notes:
(1) ‘Tain, j’ai enfin réussi à caler ce mot !
(2) “Le crime entretient le travail de la police / celui des juges, avocats et gardiens de prisons aussi // pour en citer quelques-uns”

Advertisements

3 thoughts on “Soul of Anbessa & Leroy Brown : “Crime is a business”

  1. Pingback: La nouvelle série du Darker Shades of Roots | killers without fillers

  2. Pingback: La nouvelle série du Darker Shades of Roots | Reggae Roots Archives

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s