Du Reggae avec de l’harmonica dedans

Jouons franc jeu : l’harmonica dans la musique jamaïcaine, ça peut être sacrement dégueulasse. Attention ! Je n’dis pas que je n’aime pas l’instrument : ce son plaintif, cette lamentation expirée, me touche évidemment. Mais disons que je le préfère dans un blues de Sonny Boy que dans un mento rapide ou un reggae country-side chanté par un paysan bourré et édenté (1).

Sonny-Boy-Schtick

Du Reggae avec de l’harmonica dedans

Heureusement toute règle à son(es) exception(s). Et comme je développe ces temps-ci un intérêt particulier pour les chansons de reggae dans lesquelles on trouve un instrument insolite (une clarinette ici, un violon ..) je vais par ce post recenser quelques (bons) morceaux harmonica-led. D’abord : qui joue de l’harmonica sur les disques jamaïcains ? On peut d’ores-et-déjà dégager quelques noms : Roy “freedom blues” Richards, à Studio One, Tyrone Downie, à Randy’s, Michael Chung, le frère de Geoffrey, avec les Skin Flesh and Bones, à Dynamics (le plus souvent) ; mais aussi Charlie “Organaire” Cameron, l’un des premiers à introduire le ruine-babine en studio. Ou plus sporadiquement, Joe White. Bien sûr, des tonnes d’autres yardies ont soufflé dans l’accordéon à bouche ; ce n’sont là que les plus connus d’entre ceux dont le jeu a été imprimé sur la wax.

corganaire3

Charlie Organaire

Charlie Organaire – Rude Boy Charlie

Charlie Organaire, justement, le pionnier. Une production nerveuse du Studio numéro One , sur laquelle Rude Boy Charlie déchaîne le son poisseux de son harmonica. Ça suinte le ghetto à grosses gouttes, à vous faire regretter d’avoir dit une connerie sur l’harmonica jamaïcain dans l’intro. Mind-blowing ! Ne pensez même pas à vous procurer le disque original, il vous en coûterait 2 mois de loyers. Les nippons de Rock-a-shaka l’ont réédité en 2012, mais là encore, ne comptez pas sur moi pour acheter un repress 7 inch à 25euros. Figurez-vous, sur une note plus réjouissante, que Charlie est vivant(3), et qu‘il ballade encore son instrument sur les scènes de Chicago, Illinois. Si le ska vous laisse froid, vous pouvez vous jetter dans un fleuve cliquer ici pour entendre ce que peut donner le jeu de Charlie sur un riddim roots.

Bobby Aitken – Scaramouche

Ska encore, production Pottinger, cette fois. L’harmonica de Bobby Aitken y est associé à un épais trombone, et ça défonce plus qu’un crochet d’Ali en pleine poire, ou qu’un spliff de skunk en plein cagnard (putain quelle rime de bâtard!). Cette petite merveille a elle aussi été rééditée, par Onlyroots, en face B du Seven Heaven que je vous jouais là. Scaramouche, scaramouche !

Roy Richards – Reggae Children

Retour à Studio One, quelques années plus tard, avec Roy Richards. Roy, aveugle de naissance, est fan de blues, et utilise fort logiquement l’harmonica dans ses chansons. Sur cet early-reggae au groove implacable, les gémissements aigus de l’instrument ont quelque chose de léger, d’insouciant. Méfiez-vous de la presse tardive jamaïcaine Studio One bleue : elle recèle des overdubs coxsonesque qui gâchent le plaisir !

Skin Flesh & Bones – Do it till you’re satisfied

Avançons encore un peu dans les années. Nous sommes cette fois avec les Skin Flesh and Bones, le band du Tit for Tat club de Dickie Wong. Grosso modo, la préfiguration des Revolutionaries. Les Skin Flesh’, dans leurs premières années, se spécialisent dans les reprises de standard US. Et il n’est pas rare qu’ils y ajoutent une touche de l’harmonica de Mickey Chung. J’ai choisi ici Do it till you’re satisfied, mais nous avons tous en tête, des mêmes Skin Flesh’, la version harmoniquée du Here I am baby, d’Al Brown (en vrai d’Al Green).

Randy’s All-Stars – Guns of the ghetto

17 North Parade, Randy’s. A cette adresse, c’est Tyrone Downie qui souffle dans l’accordéon-buccale. La punchline qui ouvre ce morceau est mythique : « Down here in the ghetto, we know the horror of the gun / we wear the scares of violence ! ». Le son de l’harmonica, appuyé par les breaks de guitares, donne ici au morceau une tonalité western. Il ne manque qu’une botte de paille, et le cliquetis des santiag’ de Charles Bronson sur une voie de chemin de fer abandonnée en plein désert. Vous trouverez ce morceau en 45 tours sur Hot Shot, ou sur l’excellente compile 17 North Parade de Pressure Sound. Gun shot salute !

Jackie Paris – Make me smile

Je vous ai déjà parlé ici de cette chanson. Je n’vais pas tout répeter, simplement que cette pure merveille fut produite par et pour Winston Riley, et jouée, elle aussi, par les Skin Flesh and Bones. Les implorations de Jackie superposées à cette partie d’harmonica déchire mon petit cœur d’artichaut.

Max Romeo – Something is wrong with a nation

Le disque qui m’a décidé à me fendre de ce billet. En rotation perpétuelle sur ma platine depuis que le facteur l’a déposé dans ma boîte aux lettres. L’intro monumentale à l’harmonica libère une basse pachydermique ; c’est alors que Max Romeo débarque et nous achève avec sa punchline :  “Something is wrong is a nation”. Arrrghh ! Le pull-up est, normalement, automatique. Sur la face B de ce 45tours, l’harmonica laisse place à l’orgue de Jackie Mitoo. Et ça, c’est quand même un mega-bonus.

Max Romeo – Open The Iron Gate

Max Romeo, encore lui. Extrait de son album mythique, Revelation Time. Un disque que chaque amateur de reggae se doit de connaître par cœur. Si tu es du genre à mettre 300 balles sur un disque rare, mais que tu ne connais pas encore cet album, je te propose d’ingérer de suite du Mediator. Posologie maximale.

Richard McDonald & Roots Trunk and Branches – Want to be free

Une obscure production de 1975, parue sous différents labels : Cosmonamic, Tropical Records (UK), et Evol (celle que j’ai) ; Evol comme Evol Grahams, le producteur. Quant à Roots Trunk and Branches, il s’agit en fait de Joe White, qui tient l’harmonica sur ce morceau. Encore un qui n’aura pas eu la considération qu’il méritait : excellent chanteur et multi-instrumentiste, son travail est injustement resté (relativement) dans l’ombre.

The Rastafarians – Love we a deal with

Voici une pépite exhumée à la belle époque par Makasound (Rip!). Un album enregistré aux Etats-Unis, qui cache derrière le blase “the  RastafariansHaile Maskel, plus connu des amateurs de killer roots sous le nom de Michael Ras Starr. Auteur notamment des terribles Got to say love ou Jah Man of calvary. L’harmonica est ici joué par le bluesman amerlock Gary Smith.

Keith Hudson – Melody Makers

Enfin, last but not least de la liste : Keith Hudson, le “dentiste”, le “Dark prince of  reggae“. Lui aussi a intégré de l’harmonica dans quelques unes de ses productions : ici avec les Soul Syndicate, son band favori, le morceau “Melody maker“, ténébreux remake du riddim d’Horace AndyDon’t think about me. I’m alright !

J’aurais aussi pu vous parler de Big Youth, de Toots, qui souffla lui-même, ou de LKJ. Mais le but n’est pas d’être exhaustif. Alors à vous, si le coeur vous en dit, d’étoffer cette liste dans les commentaires ci-dessous.

Notes :
1) Humour, je précise : ” Les gens qui ne rigolent jamais ne sont pas sérieux. ”
2) Un excellent lien qui m’a été bien util pour ce sujet : Harmonica in jamaican music.
3) J’ajoute cette note, deux semaines plus tard : “on” m’a fait remarquer la triste ironie de ces trois mots lorsqu’ils sont collés dans cet ordre. Elle est parfaitement involontaire, celle là.

Prolonge la liste !
1567-1629-thickbox

Advertisements

22 thoughts on “Du Reggae avec de l’harmonica dedans

  1. Jimmy Becker, Lee Jaffe.
    Un bon article encore une fois, en complement je propose celui de Philippe Muller “Harmonica & Reggae” dans le Uplift ! #4

  2. Merci pour l’article, super, et bonne idée de faire ça sur l’harmonica, instrument souvent oublié du reggae !
    J’y ai repensé en écoutant le Roy Richards, il y aussi le cut ” Roy Richards – Another thing “, riddim bien classique et super sympa à l’hamonica. Aussi, dans le LP des Official (I Am a Jew 1975 ?), l’harmonica est présent assez souvent, et en particulier sur certains cuts dub.

  3. Ises et Bonne Année 2016 ..
    Me semble pas avoir lu et vu le cut ultra bad de Makka Bees ” Nation Fiddler” ?
    Un autre harmonica présent en fond too : The Paragons – World is a ghetto

    Peace

  4. Incroyable de trouver un billet de blog sur le sujet,
    après écoute du très bon Glenn Brown No More Slavery / South East Rock,
    je me demandais justement quels sont les meilleurs cuts avec harmonica.
    Merci à tous les intervenants, on va cliquer tout ça !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s